Tous les articles de Mairie

Formalités administratives

Pour toutes informations concernant vos formalités administratives,

vous pouvez consulter le site du service public :
L’accueil de la mairie est à votre disposition :
MAIRIE
BP 615 34110 VIC LA GARDIOLE Cedex Tél : 04. 67. 46. 64. 11. Fax : 04. 67. 78. 92. 55
à votre service du lundi au jeudi de 8h à 12h et de 14h à 18h
le vendredi de 8h à 12h et de 14h à 17h
Service Urbanisme de 9h à 12h

CARTE NATIONALE D’IDENTITE (CNI)
Renouvellement
   ·         Carte d’identité
   ·         Justificatif de domicile de moins de 3 mois
   ·         2 photos d’identités aux normes
Première demande de CNI sécurisé
   ·         Acte de naissance original ou passeport en cours de validité.
   ·         Justificatif de domicile de moins de 3 mois
   ·         2 photos d’identités
Perte ou vol
   ·         Acte de naissance original
   ·         Justificatif de domicile de moins de 3 mois
   ·         2 photos d’identités
   ·         Déclaration de perte ou de vol
   ·         Timbres fiscaux de 25 €
ATTENTION : POUR LES MINEURS PRENDRE LA CNI DU REPRESENTANT LEGAL AINSI QUE LE LIVRET DE FAMILLE

CARTE GRISE
Principaux cas d’immatriculation : documents à présenter

Télécharger les formulaires utilisables

Certificat de cession

Déclaration de perte ou de vol

Récépissé de prise en charge d’un véhicule pour destruction – certificat de destruction

Certificat de situation en ligne pour les particuliers

Certificat de situation en ligne pour les entreprises

Mandat pour les formalités d’immatriculation

 

Cliquez sur les liens suivants pour obtenir les informations nécessaires à la constitution de votre dossier et télécharger les imprimés

 


PERMIS DE CONDUIRE

Télécharger les formulaires (format PDF) : « Demande de duplicata de permis de conduire »

« Dossier de demande de visite médicale » pièces a fournir

« Demande de permis de conduire international » – (Convention sur la circulation routière du 19/09/49)

 

ZAD des Cresses

Projet d’aménagement des Cresses
Une révision générale du P.O.S. (Plan d’Occupation des Sols) de la commune est en cours.
Après 18 mois de concertation avec les services de l’Etat, DDE (Direction Départementale de l’Equipement), DIREN (Direction Régionale de l’Environnement), SDAP (Service Départemental d’Architecture et du Patrimoine), a été décidé l’aménagement urbain d’une partie de la zone dite des Cresses, au sud du village.
D’une superficie de 4 à 5 hectares, le projet est le suivant :
• la construction d’une centaine de logements de type « aidés » ou traditionnels
• la création des infrastructures (routes, réseaux, éclairage) de ces nouveaux quartiers.
Une réunion publique sera bientôt organisée afin de concerter la population sur ce projet d’envergure. Il est important de souligner d’ores et déjà, que la réalisation ne se fera qu’à moyen terme et de façon échelonnée, pour porter la population de la commune à 3500 habitants.
(1) Zone d’Aménagement Différé

EPHAD Maison de retraite

Maison de retraite

L’E.H.P.A.D  ( Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes )
Serge MELIS travaille dans le secteur des maisons de retraite depuis 1984, date à laquelle il crée un premier établissement situé à St Jean de Fos, dans l’arrière pays. Il ouvre alors à Sète en 1998, dans l’ancien mess de la caserne Vauban, une deuxième maison de retraite baptisée tout naturellement « Le Vauban », qui accueille actuellement 21 résidents ,et dont il est aujourd’hui encore le directeur. Cet établissement réputé chaleureux, rencontre toutefois un obstacle : la nécessité d’une mise en conformité aux nouvelles normes, d’architecture notamment. Un projet d’extension est donc nécessaire, mais un problème foncier le fait échouer sur Sète : d’énormes difficultés techniques et humaines pour une telle extension ainsi que son coût de réalisation très élevé. Serge MELIS et son équipe arrivent alors aux conclusions suivantes : • la durée et l’ampleur des travaux entraîneraient un inconfort pour les résidents et le personnel • le réaménagement des locaux existants et de l’extension représenteraient un coût conséquent pour un résultat qui ne correspondrait pas parfaitement à leurs attentes : manque de surface et maintien de chambres doubles.
Ce constat amène alors l’équipe à prendre la décision d’acquérir un terrain afin de construire un nouvel établissement composé en totalité de chambres individuelles. Les recherches et les contacts pris auprès des communes avoisinantes trouvent un écho favorable auprès du Maire de Vic la Gardiole.
Serge MELIS, qui a choisi de privilégier les villages car ils permettent une meilleure interaction entre la maison de retraite et les partenaires, a un vrai coup de coeur pour Vic la Gardiole, commune située seulement à 15 kilomètres de l’établissement actuel. Dès lors un nouveau projet de construction, séduisant et ambitieux, va voir le jour.
Emplacement de la maison de retraite sur le terrain de sport actuel
Le projet, qui ne manque pas d’ argumentation, s’appuie sur une grande intégration dans la vie locale
La localisation du terrain à l’entrée du village rend pratique l’accès à la Maison de Retraite, et de plus, sa proximité du coeur du village permet une intégration facilitée dans la vie locale. Située sur une ligne de bus avec un arrêt tout proche, la Maison de Retraite sera directement reliée à Sète, Frontignan, ou Montpellier.
La zone d’implantation des bâtiments laisse par ailleurs des possibilités de création de grands espaces extérieurs, l’accès à l’établissement se faisant par un cheminement débouchant sur une placette à côté de laquelle on trouvera un parking de 30 places. La construction de la nouvelle maison de retraite permettra dans un premier temps, de passer d’un effectif de 21 à 65 lits dont 11 lits d’accueil protégé et 5 lits d’accueil temporaire ou à la journée, l’ensemble en chambres individuelles dont certaines communicantes pour accueillir les couples.
D’une part le secteur protégé permettra d’accueillir des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de pathologies apparentées, d’autre part l’accueil et l’intégration de personnes âgées handicapées sera également possible.  L’équipe médicale de la Maison de Retraite sera composée d’un médecin coordonnateur, d’une équipe d’infirmières, d’une psychologue, d’aides soignants, et d’aides médico-psychologiques. Monsieur MELIS, et son fils Nicolas qui sera le futur Directeur de la Maison de Retraite, souhaitent ardemment que le fonctionnement de la maison de retraite se fasse en interactivité avec le village : associations, école, mairie, commerces , entreprises locales, centre commercial. Tous les deux attendent avec impatience le démarrage des travaux prévu le 15 janvier 2009. Ils espèrent une ouverture progressive à partir de septembre 2009, avec le transfert des 21 résidents, puis une montée en charge au cours des six mois suivants.
Un projet architectural bien pensé et conçu dans le respect des normes environnementales et de la sécurité des patients
Situé à l’entrée de Vic, le projet a été élaboré en tenant compte de la volonté de faire partie intégrante du village et d’être le prolongement naturel de celui-ci. Il respecte l’esprit du village par ses différents volumes, toujours à l’échelle humaine.
Les bâtiments ont été limités volontairement à un rez de chaussée et un étage, afin de rester dans les proportions des habitations voisines, et de ne pas gêner la visibilité sur le village et l’église. Pour renforcer cette intégration, les façades seront traitées par des enduits hydrauliques choisis dans la palette de couleurs de celles du village. Les couvertures, hors toitures terrasses, recevront des tuiles « canal » vieillies. Les chéneaux et les descentes seront en zinc. L’ensemble de la parcelle sera pour des raisons de sécurité, clôturée par du grillage rigide vert agrémenté de haies vives et de bosquets de type méditerranéen. En rappel au massif voisin de la Gardiole, des murets en pierres sèches seront utilisés pour marquer l’entrée, pour habiller les bassins, le patio et les nombreux espaces verts. Une série de placettes reliera les nombreux aménagements extérieurs.
L’architecture, dessinée en U sur deux niveaux a une emprise au sol de 2530 m², sur une superficie totale de 4774 m² Chaque étage comporte des unités de vie reliées par des espaces communs desservis par un ascenseur et un escalier. L’aménagement architectural permet d’assurer la sécurité des patients, de favoriser l’exercice physique par des espaces de déambulation adaptés, et de rassurer les résidents par des repères visuels, notamment en luttant contre la désorientation au moyen d’un balisage approprié.
Au rez de chaussée
L’entrée dans les locaux se fait par un bâtiment central dans lequel on trouve :
• un accueil
• un restaurant
• un espace détente accédant à la terrasse et aux jardins
• l’infirmerie
• les locaux administratifs
Ce lieu de vie dessert deux ailes dans lesquelles se trouvent les chambres des résidents ainsi que les salons. On trouvera également un espace adapté pour accueillir les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.
A l’étage
L’accès à l’étage se fait par des escaliers ou par des ascenseurs. L’architecture est similaire à celle du rez-dechaussée pour les chambres et les salons.
On y trouve également :
• un espace destiné aux soins
• une salle d’animation
• une terrasse ombragée.

 

 

 

Plan de prévention des risques

Plan de prévention des risques d’inondation
Depuis le 25 janvier 2012, la commune de Vic la Gardiole est dotée d’un P.P.R.I. dont les documents ci-dessous sont les principaux éléments.
Références des articles, classés par thèmes, parus dans le Lien Vicois, et qui concernent les différents sujets traités par la Commission d’Urbanisme, ou les informations importantes à connaître
Pour les infos concernant les titres du haut de cette page, cliquer sur le titre-lien
Cabanisation
Lien Vicois n° 2 – page 5
Lien Vicois n° 3 – pages 2-3
Législation sur les forages
Lien Vicois n° 4 – page 10
Nouveau Permis de construire
Exemples concrets
Lien Vicois n° 2 – page 3
Lien Vicois n° 2 – page 4
Plan de prévention contre les risques d’inondation
Lien Vicois n° 3 – page 2
Révision générale du P.L.U.
Lien Vicois n° 4 – page 14

 

Ecole

Lorsque nous avons décidé de créer cette page, qui vient en amont des deux onglets « Ecole maternelle » et « Ecole élémentaire », nous pensions qu’il serait facile de la renseigner de façon régulière et actualisée. L’idée était d’y écrire des généralités sur l’Ecole, pas seulement celle de Vic, ou sur l’Education Nationale. Nous avons tardé à le faire, par manque de temps parfois, c’est vrai, mais ne nous cherchons pas d’excuse, par manque d’imagination aussi.
Alors puisqu’il faut bien commencer, et même si elle concerne plutôt l’Ecole élémentaire, voici une belle histoire, belle comme beaucoup d’histoires d’enfants, mais riche aussi parce qu’elle pose la question de la diffusion de l’information, de la façon dont on la reçoit, selon la lecture qu’on en fait.
A l’issue de la lecture d’un livre, les jeunes élèves vicois se sont posé une question, ont voulu en savoir plus, peut-être pour finalement  » en avoir le coeur net », et, dans le doute, ils ont décidé décrire à l’auteur du livre … qui leur a répondu.
Les idées qui peuvent permettre de faire évoluer cette page, dans un souci de transmettre une information positive  sur l’Ecole laïque, que nous aimons et que nous défendons, sont les bienvenues.
Roger LABBE
Conseiller municipal, délégué à la Communication

S.O.S. POUR UN CHEVREUIL

En début d’année, les élèves de CE2-CM1 ont travaillé sur le roman « SOS pour un chevreuil » de Roger Judenne. Cet écrivain, ancien instituteur, a écrit de nombreux romans pour enfants et adolescents et a travaillé avec d’autres auteurs très connus dans le milieu de la littérature de jeunesse tels que Philippe Barbeau. « SOS pour un chevreuil » raconte l’histoire d’un jeune garçon, Julien, qui recueille un faon dont la mère a été tuée. Il se met en tête de l’adopter et de l’élever. Julien vit en cachette aux côtés de ce petit faon jusqu’à ce que son secret ne soit dévoilé et qu’une terrible partie de chasse ne soit organisée dans la forêt voisine… A la fin du livre, les jeunes lecteurs n’ont pas réellement su ce qui arrivait au faon et plusieurs interprétations se sont confrontées en classe lors d’un débat littéraire riche et très animé. Un élève a alors proposé d’écrire à l’auteur pour en savoir davantage sur ses intentions réelles. Les enfants ont rédigé leur lettre peu avant les vacances de Noël et c’est une belle surprise qui les attendait à la rentrée : Roger Judenne leur avait répondu ! Un colis contenant des livres et une lettre leur était adressé. Dans sa lettre l’écrivain a expliqué aux enfants le parallèle qu’il avait fait entre l’histoire de Julien et une anecdote de sa propre enfance. Il nous a également parlé de son métier d’écrivain et des différentes façons de finir une histoire, en laissant au lecteur la possibilité d’interpréter les dernières lignes, ou pas. Bref, pour chacun des élèves, la lecture de la réponse tant attendue fut un grand moment de joie !

Bonjour à vous tous, les CE2-CM1 de l’école Bernard Malgoire.

Je ne connais pas votre village, mais son nom est joli : Vic la Gardiole.  J’imagine que vous vivez dans une belle région, avec un climat très agréable, surtout en hiver. Moi, j’habite beaucoup plus au nord et, en ce moment, nous avons de la neige. Mais c’est bien aussi. En tout cas, c’est agréable d’écrire quand les flocons dansent devant la fenêtre.

Merci d’avoir lu « l’enfant-chevreuil » et de l’avoir aimé. Ecrire des  histoires, c’est un travail très solitaire et, une fois les livres publiés, on ne sait jamais qui les lit, ou très rarement. Alors, votre lettre m’a fait plaisir.

Quand j’avais votre âge, j’habitais à la campagne. Un jour, j’ai trouvé un tout petit renardeau orphelin. Sa mère avait été tuée par des chasseurs qui détruisaient les terriers de renards parce que, à l’époque, on craignait une épidémie de rage, une maladie terrible qui est transmise  par les renards. Bien sûr, je voulais l’élever et m’en faire un ami. Un renardeau peut s’apprivoiser comme un chien. Mais mes parents n’ont pas voulu parce que c’était très dangereux pour moi. Cet animal pouvait être porteur du virus. Alors, un matin, mon père m’a dit qu’il l’avait relâché dans les bois …

Vous voyez la ressemblance avec l’histoire du chevreuil ?  Un animal qu’il est impossible de posséder mais qu’un enfant se met en tête d’élever ?

Il y a deux façons de finir une histoire :

–        Une fin fermée. C’est quand il ne peut plus rien se passer et qu’on ne  se pose  aucune question quand le livre est refermé. Par exemple, dans Cendrillon. Elle se marie et tout finit bien. Et après ? Ben,  après rien … Elle est mariée, elle est heureuse, et puis c’est tout.

–        Une fin ouverte. C’est le contraire. On se pose des questions après que la dernière ligne ait été lue.

Dans l’Enfant-Chevreuil, la fin est ouverte. Le chevreuil est-il mort ? J’ai envie de vous dire : « A vous de le décider  ».

C’est quoi, être mort ? Est-ce quand le cœur de l’animal ne bat plus ou bien quand personne ne pense plus à lui ? Relisez les dernières lignes. Il y a un coup de fusil. Les choses ne sont que suggérées mais on devine que l’animal est touché. Il est donc mort. Mais Julien continue à penser à lui  et à l’aimer. Alors, il n’est pas mort puisqu’il vit toujours dans le cœur du garçon.

C’est un peu pareil dans nos familles. Les vieilles personnes meurent un jour. On n’y peut rien, c’est comme ça. Mais on se souvient longtemps après de son très, très, vieux Papy et on continue à penser à lui et à l’aimer. Alors, il n’est pas vraiment mort puisqu’il est toujours dans notre cœur.

J’ai écrit beaucoup de livres, pour enfants, pour adolescents, pour adultes.  Tapez mon nom sur interne, vous verrez. Je vous en envoie quelques uns.